Mes parcours d’ailleurs les plus récents

Vous trouverez ici des reportages concernant mes parties de pêche ailleurs qu’en Alsace, mes séjours de pêche C.B.F., mes voyages dans d’autres contrées, et mes découvertes halieutiques.

Les 20 et 21 juin 2019 dans les Vosges (88)

La Moselle sous le soleil

Dans le cadre d’un séjour C.B.F.  » à la carte », j’ai accompagné Philippe dans les Vosges, où nous avons pêché la Moselle à Rupt sur Moselle et la Moselotte aux alentours de Saulxures et Thiefosse.

Une météo estivale annonçant la canicule qui allait suivre, avec un bel orage sur la Moselotte, orage qui nous a trempé malgré les feuillages sous lesquels nous nous sommes abrités. L’eau était très basse et claire, rendant la pêche difficile. Les truites étaient inactives, le plus souvent dans leur caches et les ombres, à part l’un ou l’autre, également dans le fond des courants forts. Même les chevesnes n’étaient pas trop joueurs.

A l’exception d’une courte (1 heure) et clairsemée éclosion de petits éphémères clairs après l’orage, nous avons vainement guetté les gobages et avons du nous résoudre à pêcher l’eau, en alternant sèche et nymphe. Philippe a néanmoins tiré son épingle du jeu, témoignant de son évolution technique dans ces conditions exigeantes, où une approche d’une discrétion infinie permettait seule d’aborder positivement quelques poissons, où le moindre posé raté, un accrochage ou un mouvement un peu brusque mettait immédiatement tous les poissons alentours en fuite. Nous avons capturé quelques jolis poissons, chevesne et ombres sur la Moselle, avec une seule truite, truites et chevesnes, avec un seul ombre sur la Moselotte. En dehors d’un gros ombre, trompé en nymphe à vue, sur un gammare GMS-1 et de plusieurs poissons que nous avons attrapé en nymphe au fil, tous sur la TVC-2, hameçon 14, les autres poissons ont quand même été pris en sèche: CBF, EBL , SAC-1 , FMF-1 et TOT, cette dernière ayant particulièrement réussie à Philippe, qui a pris tous ses poissons en sèche avec elle.

J’avais repéré dans la matinée une très belle truite fario, estimée à un peu plus de 40 cm, au moment où elle était allée se cacher sous un gros rocher. Etant revenu dans le même secteur à la fin du gros orage, et alors qu’il pleuvait encore assez fort, j’étais décidé à la tenter, en me disant que s’il y avait une petite éclosion, elle serait susceptible de venir gober près de son antre. Et c’est ce qui se passa. L’éclosion se dessina et les gobages apparurent sur le lisse où je me tenais. L’eau était légèrement teintée et je ne pouvais pas identifier un poisson plus gros que ses congénères parmi les gobages. Je pris donc plusieurs truites, difficiles et délicates dans leurs prises d’insectes, jusqu’à ce qu’un double refus à la limite de la bordure attira mon attention. Je rallongeais et affinais encore un peu plus ma pointe avant de changer de mouche et de servir le plus discrètement possible une toute petite SAC-3 à ce gobage. Au second passage, gobage, suivi immédiatement d’une chandelle vers l’aval, ce qui ne manqua pas de provoquer le décrochage de la truite. C’était bien elle, une magnifique fario, qui m’avait fait étalage de tout sa malice et de sa puissance en sautant un mètre au-dessus de la surface. J’en restais ébahi, content d’avoir réussi à la tromper, et déçu de ne pas avoir pu la contempler un instant de plus près avant de la relâcher.

Cette anecdote illustre bien les émotions que cette pêche passionnante peut nous apporter. Ce n’est pas Philippe qui me contredira, lui qui a savouré quelques beaux moments de pêche pendant ces deux jours. Et les belles bouteilles que nous avons, elles aussi, savouré ensemble nous laisseront également quelques très beaux souvenirs.

Philippe travaillant sa technique de nymphe au fil
cette jolie fario dorée s’est laissée séduire par une CBF discrètement présentée
Quelques ombres se sont laissés tenter par une TVC-2 en nymphe au fil
Derniers gobages après la fin de l’orage sur la Moselotte

Du 26 au 31 mai 2019 en Slovénie et en Alsace

Pascal épuise une belle arc-en-ciel sur la Sava

Dans le cadre d’un séjour C.B.F., j’ai emmené en Slovénie Christian, Lionel, et Pascal, un groupe de moucheurs alsaciens, désireux de (re)trouver les belles rivières et truites slovènes.

la Sava Bohinjska était déjà forte à notre arrivée, et nous l’avons pêché le premier jour, sous la pluie. La suite allait être frustrante, puisque la pluie n’en finissait pas, et après une journée de tourisme et de montage de mouches, c’est le cœur lourd que nous avons du nous résigner à rentrer en Alsace.

Si le matin la pêche a été difficile avec une activité réduite, l’après-midi nous avons eu droit à une belle éclosion de grands héptagéneidés, trichoptères bruns moyens et petites perles jaunes, à l’occasion d’une accalmie des averses. La pêche a alors été excellente pour tous, avec de nombreuses truites dont plusieurs beaux specimens, sur CBF, SEH-1 , KMM-2, TOT et EBF-1 la plus régulière, et avec laquelle j’eus la chance de capturer une très belle arc-en-ciel de 64 cm (cf. photo infra). En nymphe au fil , nous avons également pris quelques poissons sur une NFL-2, NTO , NTJ-1 et TVC-1 et 2

De retour en Alsace, nous avons pêché la Bruche une journée, et la Thur le lendemain. La pêche fût bonne sur les deux rivières et les poissons se sont régulièrement intéressés à nos mouches, nymphes en matinée, et sèche essentiellement l’après-midi. En nymphe sur TVC-1 et 2 et même sur HNC-1. En sèche, KMM-2, TOT et EBF-1 ont procuré le plus grand nombre de montées dans la journée. Mais au coup du soir, quand les trichoptères bruns sont venus « danser » au dessus du courant, la CBF a été la valeur la plus sûre.

L’ambiance de cette semaine très conviviale a été excellente, malgré la pluie, les aléas climatiques et les modifications de programme. Mes trois pêcheurs ont été ravis de leur séjour,de la découverte de nouveaux secteurs de pêche, qui leur a permis de toucher de nombreuses truites et quelques ombres.

Pendant que les waders sèchent, nous trinquons avec un bon vieux rhum
Une belle truite arc-ciel ( 64 cm) prise sur une EBF-1
Pascal avec l’un de ses premiers poissons pris en nymphe au fil, sur TVC
une jolie truite de la Bruche qui a gobé ma KMM-2
Départ de pêche sur la Thur (68)
Pascal dans un beau courant de la Thur
Coup du soir sur la Thur à Thann (68)
un ombre de la Thur qui a gobé ma CBF

 
du 12 au 15 mai 2019 en Alsace, Vosges et Allemagne

Initialement nous devions aller en Autriche, pêcher l’Ybbs, la Steyr et la Salza, dans le cadre d’un séjour pêche C.B.F. Le mauvais temps en avait décidé autrement, me forçant à annuler ce séjour, remis à 2020.

Une fois la mauvaise nouvelle « digérée » et leur déception passée, mes trois pêcheurs inscrits étaient enthousiastes à l’idée de se rencontrer et de faire connaissance pour une journée de pêche au réservoir de Saulxures sur Moselotte. Philippe, qui voulait quand même profiter un minimum de son congé consacré à la pêche à a mouche, était déjà venu la veille avec moi à Seltz, où nous avions touché de nombreuses et belles truites en sèche, sur CBF , CBN, KMM-2 et, en ce qui me concerne, surtout sur DLL, les plus gros poissons l’ayant saisi quand je le tricotais très lentement dans les vagues (vent du Nord/est)

A Saulxures, toujours avec ce satané vent du Nord-Est en fortes rafales, nous avons également pris chacun des poissons en sèche, à nouveau sur KMM-2 (la plupart des prises ) et en ce qui me concerne, à nouveau sur la DLL, toujours dans les vaguelettes, tricotée ou en statique.

Philippe et moi sommes partis le lendemain pour Ulm (Allemagne) pour y pêcher la Blau et le Danube. Sur la Blau, sale et forte, avec une surface ridée par ce vent du Nord-Est qui avait décidé de nous gâcher nos journées, ce fût très frustrant et la bredouille ne fût sauvée que par 2 truites, une belle, prise en nymphe sur TVC-2., et une petite qui, malgré l’eau boueuse, a gobé ma TOT .

Par contre, le mercredi, sur le Danube, malgré une rivière sale sur la moitié de sa largeur, un vent du Nord-Est encore présent, mais heureusement moins fort, nous avons connu une très belle après-midi de pêche, à l’occasion d’une éclosion d’éphémères et de trichoptères, qui a eu le mérite de faire gober les poissons pendant plus de 3 heures. A cette occasion, les modèles efficaces ont été les CBF, EBL, EOC-2 , KMM-2 et surtout la EBF-1. Avant l’éclosion, j’avais réussi à tromper quelques (beaux) poissons en nymphe au fil, sur TVC-2

En plus d’une sympathique journée à Saulxures qui a permis au groupe de faire connaissance, Philippe a été ravi de son séjour « réorganisé » lui ayant permis de vivre de belles émotions à la mouche.

Philippe, Patrick et Jean au réservoir de Saulxures sur Moselotte
Pêche de la Blau en Allemagne
Cette jolie fario du Danube a succombé à mon EBF-1
Philippe épuisant une belle fario sur le Danube, à Ulm en Allemagne
Un ombre du Danube, pris sur CBF

du 28 avril au 3 mai 2019 en Slovénie

Pierre et la truite volante ;-)
Une truite sauteuse qui avait pris une NTO

Dans le cadre d’un séjour pêche C.B.F., j’ai emmené en Slovénie, Pierre, un pêcheur à la mouche belge, désireux de faire connaissance avec les rivières slovènes. Les rivières que nous avons pêchées, la Sava, la Radovna et la Krka, étaient très fortes. La Sava Bohinjka particulièrement teintée à notre arrivée. Pluies et neige nous avaient précédé et revenaient en fin de semaine, qui s’annonçait donc compliquée. La neige fraîche qui fondait n’améliorait pas les choses, calant encore un peu plus les poissons.

Pierre découvrait en ma compagnie les subtilités du mending en sèche, la nymphe au fil et la noyée. Il allait prendre du poisson avec toutes ces techniques, ce qui ne semblait pas gagné au départ. Comme il était très attentif, toujours enthousiaste, sa persévérance allait lui permettre de prendre de beaux poissons, en nymphe lourde, au fil ou en noyée, essentiellement sur NTO , mais aussi sur TVC-1/T, et NTJ-1.

Mais malgré ces conditions difficiles, nous avons aussi réussi à toucher de beaux poissons en sèche, avec même une truite trophée de 61 cm. Nous avons également eu la chance de connaître une belle éclosion de trichoptères bruns sur la Krka, ce qui nous a permis de pêcher les gobages pendant plusieurs heures. Durant ces instants de pur bonheur, les poissons se sont montrés plutôt sélectifs et il nous a fallu bien cibler les modèles efficaces: CBF, SCL, SRC sur la Krka, EBF-1, KMM-2 sur la Radovna, les mêmes + SEP-3 et TOT sur la Sava.

L’ambiance de cette semaine, raccourcie d’un jour pour cause de nouvelles pluies importantes, a été excellente et mon sympathique Pierre a été ravi de son séjour,qui lui a permis de vivre ses meilleurs moments à la mouche.

sur la Sava Bohinjka
Cette belle arc-en-ciel de la Krka a gobé ma CBF
la Sava sous le soleil, mais avec beaucoup de vent

En octobre 2018 en Autriche

l'Isel en Autriche

Dans le cadre d’un séjour C.B.F., j’ai accompagné Alexandre dans le Tyrol, malgré la défection de Jérôme pour raison de santé. Nous avons séjourné dans le très agréable hôtel Rauter, qui gère plusieurs secteurs de pêche sur l’Isel et le Tauernbach, entre 1700 et 1000 m d’altitude.

Une météo douce pour la saison, comme dans toute l’Europe, associée à des eaux basses mais teintées par la fonte des glaciers n’ont pas été très favorables à l’activité des poissons. Néanmoins, la pêche a quand même été assez bonne, avec de nombreux poissons tous les jours, généralement en nymphe au fil le matin, et en sèche l’après-midi. Les poissons étaient très combatifs dans cette eaux froide et bien oxygénée.

En sèche, trois modèles ont été particulièrement efficaces: SEH, KMM-2 et 3, SEP-3, qui m’a personnellement particulièrement réussi le 3° jour, avec 17 truites dont 2 grosses arc-en-ciel. En nymphe, nous avons pris des truites farios et arc-en-ciel sur des modèles lourds, pour les conditions difficiles et les eaux teintées, NTO, CBH, LAC-2 et TVC-1 et 2.

Au final, malgré des conditions peu favorables, une semaine de pêche largement positive, dans une ambiance très amicale, comme toujours avec Alexandre, de plus en plus efficace en sèche.


En septembre 2018 en Slovénie

la Sava Bohinjka en Slovénie

Dans le cadre d’un séjour C.B.F., j’ai emmené en Slovénie Jean-Michel et Christian, deux moucheurs aguerris, désireux de (re)découvrir les belles rivières et truites slovènes.

la Sava Bohinjska et la Radovna, étaient d’un niveau agréable, basses sans être trop basses, et claires. Nous avons également pêché une journée de grosse chaleur la Krka, décevante par ce temps ensoleillé, et aux fonds encore colmatés par des algues brunes. Face à des poissons très sélectifs et avec des sorties de minuscules black gnats à plusieurs reprises, nous avons du déployer tout notre savoir-faire pour tromper quelques (rares) ombres et finalement pas mal de truites, dont plusieurs gros poissons, certains de plus de 50 cm, sur TOT, CTC-1, RTR, KMM-2 , OPK, SEP-2 et 3 et CBF. En nymphe, les nymphes lourdes ont été les plus efficaces, comme les NTO, CBH, et TVC-1 et 2, LAC-1, LAC-2 et 3, LGC -1, CNC-2 et 3.

L’ambiance de cette semaine a encore une fois été excellente et mes deux pêcheurs, qui ne se connaissaient pas au départ, sont devenus très complices, ravis de leur séjour, qui leur a permis de toucher de très nombreuses et belles truites.

En aout 2018 en Slovénie

la grande Sava en Slovénie

Dans le cadre d’un séjour C.B.F., j’ai emmené en Slovénie Gautier, Alain et Philippe, un groupe de moucheurs de 30 à 73 ans, désireux de se confronter aux beaux poissons slovènes. les rivières étaient très basses, notamment la Sava Bohinjska, que nous avons pêché avec la Radovna. Il a fait chaud, comme partout cet été, mais la relative fraîcheur nocturne maintenait les poissons en forme.

Mes « Favoris », tous trois bons pêcheurs, ont réussi à prendre quelques beaux poissons. Dans ces eaux basses et moins oxygénées qu’au printemps, avec des poissons très sélectifs, la pêche n’était pas facile. Mais nous avons réussi à en tromper un certain nombre, en sèche, sur RTR, SEP-3, KMM-2, PHB-1 et 2, SHP-1 et TOT, encore une fois la plus régulière. En nymphe, au fil ou a vue, nous avons également attrapé quelques jolis poissons, sur NFL-2, NTO , LAC-1 et 3, LGC-2 et TVC-1 et TVC-2 (Tungstene ou non)

L’ambiance de cette semaine a été excellente et mes trois pêcheurs ont été ravis de leur séjour,qui leur a permis de se faire plaisir, essentiellement avec des belles truites, les ombres s’étant fait rares depuis 2 ans sur les rivières slovènes comme sur de nombreuses autres rivières d’Europe.

En juillet 2018 en Slovénie

la grande Sava en Slovénie

Dans le cadre d’un séjour C.B.F., j’ai emmené en Slovénie Jérôme et Daniel, deux moucheurs, désireux de découvrir les belles rivières et truites slovènes.

la Sava Bohinjska et la Radovna, étaient d’un niveau agréable, basses sans être trop basses, et claires. Nous avons également pêché une journée la grande Sava, un peu plus tendue à cause d’un lâcher de barrage, mais comme l’eau avait baissé vers 14h, nous y avons eu droit en fin d’après-midi à deux heures d’activité en surface des gros poissons qui la peuplent.

NB:Cette activité m’a valu une heure de réussite mémorable, avec 4 poissons touchés successivement sur émergente EBF-1 et EBF-2, soit 2 ombres de 48 et 49 cm et deux arc-en-ciel de + de 50 cm. Pêche difficile dans l’eau profonde, face à des poissons méfiants, mais alors quels combats et quelles émotions.

Mes « Favoris » n’avaient pas l’habitude de se confronter aux difficultés des rivières moyennes et grandes, maîtrisant par contre tous deux la pêche à la mouche dans les ruisseaux de leur région d’origine (Valserine pour Daniel, le jurassien, ruisseaux corses pour Jérôme)

Après une première journée un peu compliquée, handicapés de plus par des cannes peu adaptées à ce type de rivières, ils ont beaucoup appris, ont amélioré leur technique et leur tactique au fil de la semaine et des eaux différentes. Face à des poissons très sélectifs et avec des retombées de black gnats à plusieurs reprises, ils ont réussi à prendre leurs premiers (rares) ombres et finalement pas mal de truites, dont plusieurs gros poissons, certains de plus de 40 cm, sur EBF-1 et EBF-2, KMM-2, SHP-1, FMF-2 , RTR et TOT , modèle encore une fois le plus régulier, avec la CBF. Après une initiation à la nymphe au fil et à la noyée, tous deux ont également pris leurs premières truites avec cette technique, sur NTO et TVC-1 et 2

L’ambiance de cette semaine a été excellente et mes deux pêcheurs ont été ravis de leur séjour,qui leur a permis de toucher de nombreux poissons.

En juin 2018 en Slovénie

grosse truite de la Sava Bohinjka en Slovénie

Dans le cadre d’un séjour C.B.F., ‘ai emmené en Slovénie Christian, Lionel, deux alsaciens , et Joerg, un pêcheur allemand, bref un groupe international de moucheurs, désireux de se confronter aux belles truites slovènes.

la Sava Bohinjska et la Radovna, étaient encore un peu « tendues » à notre arrivée comme toutes les rivières slovénes, mais ont trouvé petit à petit un bon niveau, car si nous avons eu quotidiennement des orages, ceux-ci sont restés mesurés.

Mes « Favoris », dont deux n’avaient pas l’habitude de se confronter aux difficultés des rivières, cependant bons pêcheurs, ont réussi à prendre de nombreux et beaux poissons,essentiellement en sèche. Même si les poissons se sont montrés sélectifs, nous avons réussi à en tromper de nombreux specimens, sur CBF, EBF-1 et EBF-2 , KMM-2, PHB-2 et 3, SHP-1, et la
TOT, la plus régulière. j’eus la chance de finir ma dernière journée, en pêchant des gobages discrets sous les branches, sous la pluie et dans l’eau profonde, de capturer sur une émergente EBF-1 une magnifique arc-en-ciel de 58 cm (cf. photo supra). En nymphe, au fil ou a vue, ou encore en noyée, nous avons également eu de bons moments, avec quelques poissons trophés à la clé, comme cette arc-en-ciel de + de 60 cm que j’ai pris en NAV sur une NFL-2. La NTO a été redoutable, et quelques poissons ont également été pris sur LGC-2 et TVC-1 et 2 (tungstène ou non) Christian, s’est également essayé avec succès au streamer par séquences, que ce soit avec un CBO, un SFM-4 ou un mini Zonker.

L’ambiance de cette semaine a été excellente et mes trois pêcheurs ont été ravis de leur séjour,qui leur a permis de toucher de nombreuses et belles truites.

En mai 2018 en Autriche

Isel et Tauernbach en Autriche, des pêcheurs heureux

Dans le cadre d’un séjour C.B.F., j’ai accompagné Philippe, Jean et Patrick dans le Tyrol. Nous avons séjourné dans le très agréable hôtel Rauter, qui gère plusieurs secteurs de pêche sur l’Isel et le Tauernbach, entre 1700 et 1000 m d’altitude.

Une météo mitigée associée à des eaux souvent teintées par la fonte des neiges n’ont pas été favorables à la pêche en sèche. La nymphe au fil a assuré l’essentiel des prises. Chacun a pris de nombreuses truites, certaines dépassant les 40 cm, des poissons particulièrement combatifs dans cette eaux froide et bien oxygénée..

En sèche, ce n’est que le dernier jour que chacun de mes Favoris a attrapé des truites, soit en CBF, soit en SRT. Et, en ce qui me concerne, j’ai fait monter une quinzaine de truites, contres les rochers du bord, sur une SEP-3.

En nymphe, nous avons tous les quatre pris les truites farios et arc-en-ciel sur mon modèle de nymphe lourde préféré pour les conditions très difficiles et les eaux fortes, froides et sales, la NTO, qui s’est encore une fois montrée particulièrement efficace dans ces conditions, où les poissons étaient calés. Quand l’eau était un peu plus claire et un peu moins forte, nous avons aussi pris quelques jolis poissons sur les TVC-1 et 2 .

Au final, malgré des conditions très difficiles, une semaine de pêche positive, dans une ambiance et une convivialité chaleureuse, et de beaux souvenirs pour mes Favoris, qui m’ont impressionné par leurs persévérance et leur efficacité, avec une technique dans laquelle ils débutaient peu ou prou.

Mai 2018 en Slovénie

Christian, épuisant une belle truite sur la Sava en Slovénie

Dans le cadre d’un séjour C.B.F., j’ai emmené en Slovénie Christian, Gilbert et Raphaël, trois moucheurs alsaciens désireux de faire connaissance avec les rivières slovènes.

Les rivières que nous avons pêchées, la Sava et la Radovna, étaient très fortes et teintées à notre arrivée comme toutes les rivières slovénes, et elles se gonfleront même encore un peu plus les deux derniers jours à cause de gros orages s’abattant sur des montagnes encore bien enneigées. De ce fait, une fois n’est pas coutume pour un début mai, pas de coup du soir dans la semaine.

Mes moucheurs « Favoris », bons pêcheurs, ont quand même réussi à prendre de beaux poissons, en nymphe lourde, au fil ou a vue, ou encore en noyée, essentiellement sur NTO , mais aussi sur LGC-1, TVC-1/T, et HNC-1. Christian, devenu fan de cette mouche, prit de nombreux poissons, dont une arc-en-ciel de 50 cm, sur un jig tungstène au corps olive, qui s’avèrait régulièrement efficace. Les deux derniers jours du séjour, que nous avons été contraints de raccourcir d’une journée à cause de grosses pluies, nous avons également pu pêcher quelques moments d’activité en sèche. Durant ces brefs moments, les poissons se sont montrés très sélectifs et il nous a fallu tâtonner pour trouver les quelques modèles efficaces: CBF, SAC-1, EBF-2, KMM-2, et TOT.

L’ambiance de cette semaine a été excellente et mes trois pêcheurs ont été ravis de leur séjour,qui leur a permis de toucher de nombreuses truites supérieures à 40 cm.

Avril 2018, en mer du Nord au Danemark

truite de mer du danemark, prise par Claude Behr, l'auteur

Après une quatrième expérience en 2017, mon frère Bernard, notre ami Simon et moi même avions décidé de retourner pêcher, à la mouche, la truite de mer en mer du Nord, le long des côtes du Danemark. Cette année, Jean-Pierre, un quatrième larron, s’est également laissé tenter par l’aventure.

Convaincus des possibilités de cette île, nous sommes retournés sur l’île de Mön, qui est réputée pour la taille des truites de mer qu’on peut y prendre au printemps. Pour ce qui est de la météo, ce fût , comme souvent, compliqué: après 1 journée de grande douceur (20°) la fraicheur revînt (entre 17° et 9°), le vent soufflant avec des rafales de 30 à 60 km/h, une eau un peu moins froide que l’année passée (de 6° à 7,5 °), des vagues plus ou moins fortes, mais avec quelques truites s’approchant de la côte pour se nourrir.

C’est ainsi que nous avons pêché pendant 5 jours, et que nous avons eu 18 touches à nous quatre, en 5 jours de pêche. Ma Polar Magnus maison s’est révélée la plus efficace pendant ces 5 jours. Nous avons réussi à ramener 6 truites à l’épuisette, toutes les autres s’étant décrochées. Nous décidions de conserver les 2 plus beaux spécimens, une truite de mer de 61 cm que j’eus le plaisir de prendre (cf. photo supra) , et une autre de 52 cm, prise par Jean-Pierre. Les autres, quoique maillées, et même la toute première de Simon à la mouche, eurent le bonheur de repartir vers le large. (cf. photo infra)

Cette pêche, dure mentalement et exigeante physiquement, est vraiment addictive et forge le caractère. Une semaine qui laissera encore une fois d’excellents souvenirs, et qui entretiendra l’espoir pour une prochaine session.

> vers la page de mes autres parcours pêchés


un séjour avec C.B.F. est un séjour entre amis
A votre santé 🙂


Votre Note
[Total: 3 . Moyenne: 5]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*