les poissons en Alsace

> vers l’actualité du mois

Les poissons que vous pourrez attraper à la mouche en Alsace sont très nombreux, puisque quasiment tous prennent la mouche ! Néanmoins, certains sont plus habituels. Voici les principales espèces que vous prendrez sur les secteurs de pêche évoqués :

Réservoir des Cigognes

truite arc-en-ciel

Dans le Réservoir des Cigognes, géré par l’AAPMA de Seltz, la pêche s’adresse surtout aux truites arc-en-ciel.

Les truites arc-en-ciel (et leur variété « jaune », la truite aguabonita) représentent en effet environ 70% du cheptel salmonicole. Les truites fario représentent quant à elles 20% de ce cheptel, les saumons de fontaine et ombles chevaliers les 10% restants. Mais de nombreuses autres espèces s’y laissent tenter par les mouches artificielles : les brochets, nombreux et parfois très gros (record à la mouche 1,10 m), les perches et même les sandres (un exemplaire de 83 cm y a été pris par un jeune moucheur du club mouche Robertsau). les carpes (record à la mouche : 80 cm), les tanches (j’en ai pris une au wooly-worm de 47 cm), et même les brêmes.

Le Rhin

ombre commun: thymallus thymallus

Dans le Rhin, c’est l’ombre commun qui attire les foules ! Thymallus y était bien implanté jusqu’en 2003, et certains spécimens dépassaient les 50 cm. Magnifique combattant, d’humeur changeante, superbe dans sa livrée argentée avec sa nageoire dorsale colorée, c’est le poisson symbole du fleuve. Mais la canicule, les cormorans et les braconniers se sont ligués contre cette espèce dont la population a fortement régressé. Un pêcheur à la mouche respectueux se limitera à 1 ou 2 poissons maximum par an, d’une taille de 40 cm (taille depuis 2006), ou, encore mieux, remettra chaque ombre capturé délicatement dans le fleuve.

Quelques belles truites fario s’y font parfois surprendre, surtout en noyée ou au streamer. Ainsi ai-je eu la chance le 1er octobre 1998 d’en mesurer une de 53 cm, prise en 14°/°° sur une nymphe claire.

On peut bien entendu, surtout dans les parties calmes, y toucher toutes sortes de poissons blancs : chevesnes, vandoises, ablettes ou des carnassiers comme les perches, les brochets, voire les aspes. Ce dernier poisson, qui atteint des tailles supérieures à 80 cm est un beau poisson de sport, agressif sur streamer blanc en certaines occasions (malheureusement souvent de courte durée); on le trouve plutôt dans le nord du Bas-Rhin, vers Gambsheim ou dans l’Ill aux alentours de Strasbourg

Le saumon fait également un timide retour depuis quelques années dans le Rhin !

La Bruche

la truite fario: salmo truta fario

Dans la Bruche, les truites fario sauvages sont les proies préférées des moucheurs.

La truite fario est le poisson autochtone par excellence dans la Bruche, puisqu’elle s’y reproduit depuis des siècles. Même si des alevinages parfois « anarchiques » ont abâtardi la souche sauvage, des efforts sont faits depuis plusieurs années par la Fédération départementale et le Comité de gestion du Bassin pour y sauvegarder cette variété. La taille moyenne des truites n’y est pas très importante (taille légale à 25 cm, rares poissons au dessus de 35 cm), mais leur combativité et leur vivacité vous raviront !

Des truites arc en ciel y sont parfois introduites , et certaines y atteignent des tailles respectables (jusqu’à 60 cm),mais elles sont de plus en plus rares, car depuis 2005 la gestion patrimoniale est à l’honneur.

L’ombre commun s’est également bien acclimaté dans la partie moyenne de la rivière (de Niederhaslach jusqu’à Eckbolsheim), et certaines années (comme 1999) on en touche couramment, en mouche sèche ou en nymphe. Si la taille moyenne des poissons est inférieure à ceux du Rhin (la Bruche, granitique, est plus « pauvre » que le Rhin ), les poissons de 30 à 35 cm sont relativement rares. Vous toucherez le plus souvent des poissons inférieurs aux 32 cm réglementaires. Vu la diminution continue de leur population, il est important de les remettre systématiquement à l’eau le plus délicatement possible.

Les poissons blancs sont nombreux à partir de Heiligenberg, même si on prend déjà quelques vandoises à Wisches.

À l’aval, les chevesnes, gardons ou vandoises prennent bien la mouche sèche de petite taille, celle-ci vous permettant à l’occasion de ferrer une ablette spirlin, poisson devenu plutôt rare.

Au streamer vous avez une chance raisonnable de toucher perches et brochets, même si leur densité n’est intéressante qu’à l’aval de Kolbsheim.

Les prises possibles à la mouche sont donc nombreuses en Alsace, et seront dans l’avenir peut être encore plus passionnantes avec le retour du saumon ! (les tacons, eux font partie de la banalité des prises à la mouche dans la Bruche, où la réintroduction est la plus concentrée). Il existe encore de nombreux autres endroits intéressants pour la pêche à la mouche en Alsace où vous toucherez ces espèces: rivières de 1ere catégorie, certains parcours de 2nde catégorie, des gravières (nombreuses dans la plaine d’Alsace), ou encore les lacs vosgiens dans le Haut-Rhin.

Juillet 2019

la truite fario (Salmo truta fario)

En juin j’ai pêché avec succès des truites fario dans la Moselle , la Moselotte, la Thur et la Bruche. Encore avec une EBF-1. au début du mois, puis sur EBL (oreille de lièvre) CBF et surtout TOT . En nymphe, la TVC-2 m’a valu de nombreuses truites. J’espère que juillet me permettra d’en tromper quelques autres, même si cela sera certainement plus difficile.

Cette belle fario dorée de la Moselotte a gobé une CBF
truite fario de la Bruche
truite fario de la haute Bruche. elle n’a pas résisté non plus à une EBF-1 bien présentée
Votre Note
[Total: 1 . Moyenne: 5]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*